Voie Reims-Trèves.

- VOIE IMPERIALE REIMS-TREVES-

Caurel;F Berru/gauche;début VRTR    N-Est Caurel:VRTR Tout droit/40 km;  La voie impériale Reims -Tréves parcourt  les départements de la Marne et des Ardennes , de Reims à Williers-Chameleux/ frontière belge sur  une centaine de km trés visibles , en l ' état , ou sous des routes départementales, ou en chemins de terres. Elle passe principalement par Vaudéfrey , Pauvres, Voncq , le Chesne , Stonne , Mouzon et Carignan.

 -:la Voie Reims-Tréves ( VRTR) démarre de l'ex RN 51, à Witry les Reims, au niveau zone artisanale; elle se termine, par disparition du paysage , à  Williers- Chameleux- frontière belge.,puis Etalle , Belgique ( troçon :Arlon).

Le développé présent fait environ 3km; ( 1 ere photo) ;  sur la deuxième photo, aprés avoir fait un demi-tour sur place ( sur les talons!), on se rend compte du   développé de la VRTR, légèrement ascendante, sur env 6 km,qui part en direction de Vautréfrey/Suippe.( Reims:est situé " citra" , dans le dos ).

 

 - Voie Reims-Trèves. ( VRTr) carte IGN 105;,carte 10. Egalement " Carte de l'Etat-Major" 1818- 1824 , " de " Reims à Sedan, Ancienne chaussée romaine" ( et en plus , en couleurs !)

 - C'est la voie romaine la plus complète, la mieux conservée, la plus longue, dans les départements  Marne et Ardennes ,mais surtout sur le territoire des Ardennes, seul département en France qui possède «  à nu » toutes ses voies romaines ( les autres sont disparues, « mangées », ou abandonnées, ou , très souvent, englobées sous les départementales ou les nationales).    

La voie Reims-Trêves ,( Durocortorum- Augusta Tréverorum)  dans la Marne, mais surtout dans les Ardennes, jusqu'à Williers 08-Chameleux/Belgique, a une longueur de 102 kilomètres. ( une extension se poursuit jusqu' à Mogontiacom - Mayence - Mainz , prôche du Limes) .

Elle est empruntable-roulable sur quelques 70 km, par tronçons, dont le principal: Reims-Voncq par Aussonce et Pauvres est circulable en V.L sur 48 km, avec 6 km d'interruption ( mais le V.L est tout blanc, de poussière, à l'arrivée, ce par temps sec) (temps humide:déconseillé).

La VRTr peut se décomposer en :-:Reims-Aisne /Voncq: 48km,(et Semuy)     : trés empruntable à pied, vélo, cheval, V.L..,carriole.(ATT : 0 stop sur routes!)

Voncq-Semuy- Le Chesne: 10 km, :  A Pied, ou à cheval;( sur trois km , dans le sens  ,  Voncq vers l'Est, au niveau de la  Fme Beaufuy,le V.L est déconseillé , car le terrain est " mou") ( sur Cassini : " chemin de Reims à Sedan"...)

Le Chesne- Stonne : 12 km , routes normales et chemin forestier du bois du Crochet,juste avant les Grandes Armoises( à pied, barrière).

Stonne – Mouzon : 13km,  V.L , puis à pied, à cheval, VTT: par des routes, des chemins,; au chemin Flabas- Yoncq , la voie part dans les  bois,praticable à pied .

Mouzon- Carignan :7 km,  route normale, puis chemin sur la gauche,un km sortie Nord de Carignan.

Carignan -Williers- Chameleux : 12 km.  au choix, sauf pied Ouest colline d'Autrimont:4 X4;( détour possible!)   soit route et chemins

 En Belgique et Luxembourg : Sainte Marie , Etalle, Arlon , et Luxembourg-environs Mersch ?

  Reims, porte de Mars Relais sur la Voie de Tréves à Pauvres-Ardennes

 

Circuit :(emprunté en V.L normal ce mardi 5 juillet 2011, entre-autres): (50 km/h ce lundi 25 Juillet, de Caurel à la D25-Juniville).

Départ Porte de Mars, Reims; DUROCORTORUM; emprunter l'ancienne RN 51 vers Witry les Reims; à l'embranchement vers Berru, à droite, mais maintenant, invisible dans la zone artisanale, se trouve l'amorce de la voie; avant , vers 1970-80, se trouvait là , encore, une blockhaus-mitrailleuse qui battait de ses feux le pied du fort de Berru, situé à droite-Est ,et la voie romaine. Rouler vers la sortie de Witry, puis rond-Point ,; vers Caurel (petite panneau à droite) et passage sous la voie rapide; dans Caurel, rouler vers l'Est et le château-d'eau; au château d'eau, à droite, on voit , vers Reims: 3 KM de VRTr, et à gauche , environ six km de voie romaine; on peut rouler aisément, quand c'est sec; on coupe une voie ferrée fréquentée par les lapins (stop!); on rentre dans Vaudétfréy, coupant la D 20, au sud de Warmeriville; dés la sortie Nord-est  du village, on roule sur la voie en jetée parfaite(8 mètres à la base), puis pont sur la Suippe; gué romain peut-être; on continue, passant au nord d'Aussonce-Ardennes; mont de Warmeriville, 151 m ,au nord; un peu plus loin , on arrive sur la D 25 d' Aussonce jqu'à D985, JUNIVILLE est au nord; la D 25 est construite sur la VRTR; on continue, vers les blés sur un km environ: fin de VRTR, mangée par des champs; emprunter à gauche un chemin, puis à droite vers Bignicourt; on arrive sur une petite route qui va vers l'Est: dans un champ, et au carrefour(au sud de Bignicourt) on aperçoit des traces de voie; la voie existe sur trois km, la ligne THT EDF passe à cheval dessus , très visible (mais on atterri dans les blés car un champs a mangé la VRTR sur 800 mètres environ). ...A l'Ouest de Bignicourt - photo dessous- l'agriculteur a tout simplement installé son champ sur la voie romaine, et dans ses fossés ( comblés), ce qui laisse 500 mètres de voie discernables - longue ligne toute droite et plate dans le champ de blé-; l'agriculteur ne s'est pas obligé à démonter le demi- mètre de constitutifs de la voie , à savoir :un lit de pierres de chant, inséré dans des blocs de rives, un lit de mortier-cailloux plus ou moins dur , et le lit-bande de roulement constitué de cailloux et terres armées : trop dur , trop solide , suivant les secteurs ( certains mortiers sont faits avec divers produits dont de la cendre de végétaux ; le "béton" qui en résulte est aussi dur que le béton - mortier Vicat!...perforateur conseillé!)  .....Sur la carte d' E.M 1818-1824, à Bignicourt , la voie est encore " normale" , c.à.d non englobée dans un champs de blé.

                                                                             voie dans champ 500m sud Bignicourt

On passe dans Bignicourt, puis sur la D 43 (tracé de la VRTR sur 2 km env); on rentre dans Pauvres, et à côté-300m- les silos de Cadsar-luzerne; (et hôtel restaurant «ici on loge a pied et à cheval! ») ( ancienne mutatio? ou  mansione?, certainement ;on est à une journée de marche de Reims) ; traces sur google-maps à l'ouest de Pauvres ( voie dans un champs, au nord de Pauvres) , dés la D43, et au sud de Cadsar, et sud-est ; on passe le grand carrefour pour prendre la D 43 vers Saulces-Champenoises; à 1 km, sur le haut: déroulé de la VRTR sur 3 km visibles, en montée; on prend ce chemin, qui devient herbeux au sud de Vaux-Champagne;,et s'incurve, car la voie épouse la forme du relief et passe en ligne de crête, courbe, au sud-ouest de Vaux-Champagne , puis passe à l'est du village; on passe le village, à V.L, et dans le village, curieux, sur son versant-Nord,; on continue pour prendre la D 143A vers la D 987 Mazagran-Attigny  en V.L ( on doit aller -à pied!  , ou VTT, vers la D 987, si on veut continuer à emprunter la voie, car la pente de la VRTR au sud du village est RAIDE); au sud du carrefour D 143A D 987 , la VRTR part sur l'est, sur 300-400 mètres , vers des bois et un ruisseau; la laisser; aprés le ruisseau  elle part toute droit  dans les champs., et coupe la D 21  ,800 mètres au  sud de l'église de Ste Vaubourg .( Cap toujours constant: 63° Nord-Est!) - Anecdote/ Ste Vaubourg / Charlemegne : voir plus bas.

 Partir vers Attigny,  en V.L, Ste Vaubourg( grosse église et village  : la VRTR est visible sur 5 km  dans les champs , au sud de Ste Vaubourg jusqu'à l'Aisne, sud de Rilly sur Aisne, (coupe la D 25 a), jusqu'à la petite ligne Picasso. La voie passait l'Aisne peut-être par un bac,ou peut-être , tout simplement au gué, prés du pont. au niveau de " la Croix Wallard" ( avant , c' était Rilly-aux-Oies, bucolique et champêtre, et certainement riche en volailles et en pesetas...; comme Auch,Gers, dont le nom vient du nom occitan de l ' oie :l ' auche -aouque ...Digression) .. Aprés Semuy, en allant vers l'Est, on passe prés de "la Falaise", haut lieu des rudes combats des Français contre l'envahisseur, combats du 16 Mai au 10 Juin 1940 ("ils ne se sont pas enfuis , les Français! Ils ont été écrasés en luttant!", aidés par les petits chars F.C.M  ....):  suite vers les Alleux,Semuy, Voncq, etc, etc..Terrain de combat du 7 eme B.C.L, et du 4 eme B.C.L, bataillon de chars légers, hélas trop peu armés, et dépourvus de radio, alors , qu ' en face , ILS avaient çà..... ( Voncq : petit oppidum sur la colline qui surplombe l' Aisne- colline avec des vignes )

  Sur la carte de Cassini , donc de 1780- 1800 , figure : " chemin de Reims à Sedan" , partant de Pauvres et allant à Semuy .Ce chemin vers Sedan n'est que la voie romaine, bien qu 'elle  ait été peu entretenue, ou pas entretenue , et quelquefois  " cannibalisée". Et à Semuy , dans le cours de l'Aisne , figure un gué..Au sud de Pauvres , rien ne figure sur Cassini,, ce qui est explicable par les cannibalisations de matériaux de la chaussée au profit d'autres chemins ou constructions , en particulier au Moyen-Age,...et sur le territoire d'Aussonce ( voir site Lémant J.P). Tracé - Cassini : Pauvre ,-Vaux en Champagne-, Semuy, Neuville-Day ,Mongon, le Chesne ; point de  RN 77, qui est la " route de Nevers à Sedan et Bouillon ".: elle n ' existe pas  encore .

;

La VRTR reprend à Voncq; VONGUS.  Mais à Semuy, une autre voie reprend, entre Day et le Nord de Lametz, coupant la D 30, et « visible » sur 5 km ( si on arrive à voir la jetée de la voie dans les bois et les branches!!!!; sinon , elle est invisible; seulement devinable). Cette autre voie, part vers le Nord, certainement vers Saint-Aignan, la Croix-PIOT, et Iges-Donchery, pour reprendre, et rattraper  certainement, la voie venant d'Aiglemont, Saint Laurent, Ville sur Lumes, ancien Camp de Sedan VILLA SEDENSIS-supposition, et plus loin; voies gauloise reprises, )  .Nota: aprés 1500 ans d'abandon, et quelques fois, de destructions ou d'amputations, les voies sont , souvent, peu discernables:seuls, un talus rectiligne, un conglomérat de cailloux-terres, fait apparaitre la présence de la voie; qu'en sera-t-il des routes départementales, qui, dés qu'elles sont re-coupées,et donc abandonnées, sont envahies tout de suite par les herbes rampantes, puis les buissons?).

Le tronçon Voncq- Le Chesne part de Voncq,en haut du village, sur la gauche de la D23 qui mène aux Alleux, avec toujours la même direction: 63 degrés Nord-Est, nord de Voncq, jqu'au Chesne, passant par Beaufuy-ferme; au milieu du parcours, la voie continue en courbe vers le Sud, marécages ou terrains mous oblige,  et elle tombe sur la D 25, qu'elle emprunte sur 1 km environ. (combats terribles les 9-12 juin 1940; inscription étrange à Semuy, repeinte de temps à autre: « c'est le passé! » Elles proviennent peut-être, de l'I.R 77, régiment d'infanterie allemand, qui a combattu là; ce régiment est originaire de Cologne-Köln- Colonia Agripensis!!!  ; ou bien de l'occupation - terrible pour les Ardennes de 1914 à 1918- ? ). Day: village brûlé deux fois: en 1918 par l'artillerie française,à l'offensive " des cent jours" car' se trouvait en plein dans la Ligne Hindenburg des Ardennes - site-, puis en 1940; c'est gentil! Merci Dr Goebbels (pour la Propaganda)

. La VRTR , dés la sortie de Voncq , est praticable: petite voie goudronnée, puis chemin de terre,,puis passe dans le bois,en tournant, et disparait ; elle est reprenable avant (ouest) la Ferme de Beaufuy, mais  elle est sans intérêt car la voie se reperd avant le Chesne (traces!) (perte sur 2 à 3 km) . Ne reprend que sous la D 26, qques hectomètres, puis le haut de Bechefer, la rue Notre Dame, et sort, en virage, "sous" la RN 77 (0 trace à côté) .

A l'entrée Sud de Semuy, il reste sur un mur un grand R ; peut-être, restes  d'une inscription , datant de 14-18, allemande .

 Aprés le  Chesne, la VRTR semble être sous la RN 77, devenue D 977, puis arrive au carrefour-monument de Tannay, sous la 77 ou à côté- en surplomb de la 77; elle continue vers Stonne par la D30, passant (traces) au nord légèrement des Grandes Armoises.( restes de voie , et surtout : panneau indicateur signalant la voie romaine , chose rare ! ) . La voie ne garde plus la ligne droite, car elle se plie au terrain; et dans les parages du Chesne, de Tannay, il devait y avoir beaucoup d'"eaux", et de marais( et les Romains ont horreur de l'eau ,et surtout , des bois  et des forets.) En fait, la VRTR suit la ligne de crête, certainement ancien chemin celte; cette ligne de crête a été le théatre, en Mai 1940, sur une cinquantaine de KM  , lieux de combats trés durs,:

  un/  -Pour repousser les attaques allemandes vers le sud,

  ,-  deux / Pour amorcer une contre-attaque  française vers Sedan ;  tous les bois le long ont vu périr des milliers de soldats français. Voir monument récent " de la réconciliation" érigé par le groupe " Ardennes 1940" avec deux mats de drapeaux , allemand et français ( et drapeaux volés! c'est drôle pour certains !!...)   ainsi que panneaux divers , dont celui du bois du Crochet -amorce du chemin forestier- voie romaine .

  Les panneaux et toute.la signalétique, -dont totems avec un char B 1 Bis- sont  les oeuvres d' " Ardennes 1940" groupe de bénévoles assurant la transmission de la mémoire afin d' honorer le souvenir de tous ces soldats qui se sont battus , ont résisté, et parfois culbuté l ' ennemi , du 14 Mai au 25 Mai 1940  et de la commune des Grandes Armoises ; à ce sujet ,lire sur site " 20 eme Dragons,combats du Mont-Dieu,du MdL Avignon".éloquent! . ..Dans " Persée, Archéologie de France  , 1910 , :" Stonne ....était un relai de poste sur la grande route Romaine allant de Reims à Trèves .....poste militaire.   Dans un tumulus, ont été découverts des pierres tombales et des sarcophages ....".

           stonne-toulal-char lourd B 1 bisles Grandes Armoises mai 40   stonne- Tannay mai 1940

 

Stonne: ( re-passé:1940, comme toute la crête « souvenez-vous! ») / terrible essai de contre-attaque de l'Armée Française, pour couper le cordon ombilical allemand , à Sedan, portes de l'invasion; essais vains et tragiques )  Rien à voir avec les Romains si ce n'est que le long d'une route de crête, stratégique, les individus étant les mêmes , depuis des lustres, il se passe toujours la même chose, les mêmes causes produisant les mêmes effets,  l 'Histoire n'étant qu'un perpétuel recommencement ( "c'est la science du changement et du mouvement, et de la continuité ") .;

  La butte qui surplombe la plaine, doit être une butte artificielle-rallongée- rehaussée, pour y installer un poste romain ; on descend la pente-raide-, par la route normale,  ( " le Bac " ? ) que devait emprunter la VRTR , par la D 24  (pente trop raide, tombante); au carrefour: se trouve une haie en ligne, puis un chemin avec un panneau de sens interdit,;c'est  à suivre jusqu'au virage, à 200 mètres de son entrée,; puis à travers champs, direction la lisière ;suivre la lisière: la VRTR. se trouve juste à l'intérieur du bois « en lisière », mais peu discernable. A un moment, en lisière et dans le bois, elle est impraticable; elle arrive sur un layon -à barrière- roulable, et arrive sur la D 6, nord de la Besace;, qu'elle coupe; un panneau « voie romaine », la signale, sans autre indication ( c'est déjà bien, un renseignement!)  En face , elle continue très roulable, sur un km, jusqu'au chemin Flaba-Yoncq; elle part dans le bois, en jetée parfaite,( praticable pour marcheurs!) et contournant le thalweg-champs entre bois de Yoncq et bois de Pourron.( 2,5 km).(infléchissement vers le Nord, puis courbe d'évitement du thalweg, en ligne de crête, pour revenir vers l'Est, vers le ruisseau de Yoncq).( les Romains allaient tout droit quand ils le pouvaient, mais épousaient les formes du terrain, évitant ainsi des descentes, donc des côtes, et les ravinements de chaussée afférents).

  .....Au sujet de la butte de Stonne -rehaussée- travaillée-supposition - par des matériaux rapportés , pour faire une butte "plus haute": CF le Djebel  Toungout, en Algérie ,à l'est d' Alger ,à 1278 mètres d'altitude  , qui surplombe , au nord : Port Gueydon, Cap Sigli, Cap Corbelin, et la côte, et au Sud : oued Sebaou, Azazga, Yakouren, et sa forét ( et ses singes!), Taoudouch; le sommet de la montagne a été rasé-pelé, et recouvert d'une couche de un mètre d'argile, en cône de 400 à 500 mètres de corde; au sommet, devenu net-net, les Romains y ont installé un poste de surveillance, afin de contrôler les Numides, et les Kabyles, "turbulents"; pourquoi n ' y aurait-il pas la même chose à la butte de Stonne? ("" c'est tout là-bas en Kabylie!  j'te dis!"  Du côté Nord, les Romains pouvaient contempler la Mediterrannée, et la côte,belle, et "cita", plein Sud, le Djurjura, Lalla Kelidja,la Main du Juif, et la Grande Kabylie....AÏe-aïe-aïe mon frére,comme s'était bô!  C'est en Algérie! tout çà; en Kabylie!, El Djézaïr!) .

     Du pied de la butte de Stonne, part "tout droit-tout droit" , la départementale  D 30 qui va à Beaumont et Stenay par Warniforét,  la Thibaudine ,certainement " route secondaire" romaine ( ou celte). Lieux de combats en Aout 1914 et Re , en Mai 1940. 

 Le tracé  dans les bois de Yoncq est actuellement  utilisé par une piste de VTT, qui roule dans le fossé Ouest-gauche de la voie (Inscriptions sur les arbres). Egalement, dans ces bois: nombreux impacts d'obus, et restes des combats de fin Aout 1914 "bataille des frontières"; egalement : une pierre tombale , de Walter SIEGLER, oberleutnant, une date : 1917 (??); marquée recemment par un macaron du Souvenir Français.

-Elle ressort des bois, au nord , sur 500 m, en descente, dans les champs, pour couper la D4 , puis passer légèrement au nord du moulin de la Hamelle ( VRTR mangée par une peupleraie, depuis longtemps) ; on monte la pente: deux km roulables vers le Faubourg de Mouzon, en passant prés du monument de 1870 « colonel de Contençon et 5eme CUIRASSIERS, ,tué à la charge à la tête de ses cavaliers le 30 Aout 1870» , ( encerclement de Sedan et des 85;000 soldats français) , et un blockhaus-canon de 37mm ( Ligne Maginot "allégèe", continuation de, jusqu'à la Mer du Nord: 4000 blockhaus) (Faubourg:un km); passer à côté de la ferme: privé sur 100 mètres!Prendre ce chemin « à l'envers », de l'est vers l'ouest, car le ruisseau de Yoncq, qui passe et arrose le moulin de la Hamelle, est peu praticable, et la peupleraie est privée; à la sortie du « Faubourg » de Mouzon, allant, vers l'Ouest, on retrouve le panneau « chemin des Romains, dans une rue du Faubourg, pas à sa place, pour ne pas traverser la ferme, privée., sur une centaine de mètres (barrière en tubes de fer) .Ensuite, on rejoint la voie romaine en contournant la ferme.( la voie est privée sur une centaine de mètres.!!..)   ( Yoncq : dans les environs, mais sans précision volontaire, pour ne pas ennuyer les gens y habitant et y travaillant -il y a les "autres", partout, et on doit faire attention à eux!!!!! : un magnifique oppidum, celte ou d' avant ? ; mais de quand?? et quoi?).( pas récent du tout! du genre du Mont-Bard ou de celui Ouest-Sonbernon).

 

 On passe dans Mouzon- Mosiomagus; pour -suivre vers Carignan, par la grimpette D 19, et le « col », tracé certain de la VRTR. Carignan., EPOISSUM. Suivre la D 981,et à deux km après la sortie:de Carignan, prendre le chemin à gauche - Ouest , tangent à la route:« chemin des Romains » (pas marqué! Jamais marqué) ; faire deux km; on arrive à un carrefour avec D 17 vers Matton et Clémency: bel arbre et oratoire;/Vierge,; continuer sur le chemin en jetée , très visible; mais au nord des Deux-Villes, colline d'Autrimont, il ne reste que les traces de la voie, toujours en jetée (piétonnable! et très visible, bordée de petits noyers); on arrive à une chapelle, dans de gros arbres,; puis re-jetée, trés large, 6-7 mètres à la base, cabane en tôles et moutons, re-chemin, très roulable ,et on retombe sur la D 981; puis D 48, direction WILLIERS, éperon fortifié certainement celte, château en ruine, petit village; on dégringole la pente-route; à gauche: maison blanche-propre: c'est la MF 22, maison forte-sonnette de la Ligne Maginot, la dernière et la plus à l'est( la Ligne Maginot commence 5 à 8 km au Sud: la Ferté, fort du Chénois, etc, jusqu'à la Méditerranée, et oui!); on arrive dans le fond-ruisseau-frontière: Chameleux, et son petit vicus gallo-romain.(Belgique). Cap constant entre Carignan et le Bois de Frappart-Tremblois: 68 à 70°Nord-Est.

  Ce tronçon de voie romaine, entre Carignan et la frontière belge , était la route normale pour aller en Belgique  jusqu'en 1848 , ( Pays-Bas, pardon, jusqu'en 1830) ; en 1848, on a fait passer la route principale dans les villages des Deux ViLLES et de Tremblois les Carignan , abandonnant ainsi le tracé romain , voir témoignage, et Carte de Cassini de 1750. Sur cartes de 182-1866 , le tracé de la V.R porte la dénomination " Ancien grand chemin dit des Romains" .  Restes romains ou gallo romains à Mouzon : pilier funéraire, et site du Flavier-site de fanum (et pourquoi pas d'une petite exploitation "sidérurgique", mine "de l'autre côté de la route", dans trous-dépotoir???; qui y a fouillé?: personne!) (idem site de Compierre commune de Saint Réverien, Est RN 77 , Nièvre ? pourquoi pas ?).--- Mouzon , comme Muizon, toponymie- origine probable avant le mot Mosiomagus - magus = marché - marché de Meuse ???, mais également de "mansione", la maison-relais en bord de fleuve, la Meuse, où l'on se repose, avant de franchir par bac, le lendemain matin, le fleuve...Voir divers sites, sur "toponymies", dans :"voies romaines de Bretagne , de Philippe Saint-Marc; heureusement qu'il y a des gens qui se décarcassent...pour agir pour l'Histoire !

                                                                                                                                                                   williers-M.F22 L Maginot

  val de Williers,descenteVRTR

- ....Le Flavier:? : site considéré comme religieux, parcequ'on y a trouvé des figurines en fonte, ex-votos; ex-votos ? pourquoi pas des piéces d'entrainement pour des fondeurs gaulois, ou des jeunes fondeurs? ou tout simplement des piéces comme les "bousilles", que les verriers faisaient "pour s'amuser," quand il restait un surplus de verre en fusion dont on ne savait que faire? Pourquoi pas ? Pourquoi aller flanquer au quatre diables un grand oratoire, un petit suffisant largement? A creuser; mais il faut gratter sous et dans le dépotoir en flanc de colline, en face, avant !  Et en face, c'est le même terrain que celui d'Omont, siége haut-médieval de la fonderie ardennaise; qu'on se le dise; pourquoi pas un haut-bas-fourneau, exposé au nord, et au vent, sur la croupe Est-Ouest? ( voir les hauts-fourneaux vieux-vieux d'Alicante, creusés dans les collines!).

                                                                                                                                                                               vicus Chameleux,route Florenville    

 williers-VRTR,descente sur Chameleux

Après, c'est fini (ouf !): la VRTR a disparu - plus ou moins !-  en Belgique,  Chameleux, puis Florenville ( voir C.A.H.F groupe historique),puis vers  Etalle , Arlon,AUROLANUM, et Walberg endroit ou elle ré-apparait.; puis Luxembourg Nord - plateau de Mersch., pour arriver à Tréves par le haut , par Trierweiler....; enfin, avant, au passé.. Mais , sur des cartes belges, on trouve , allant d'ouest en est, une trace marquée " chaussée Brunehaut", située dans les bois à quelques Km de Chameleux ; est ce le chemin ? avec un carrefour de la voie Reims-Tréves sur cette chaussée ? A voir. Cette voie passerait par Limes-Fagny ?  ,au Nord de Meix devant Virton ,puis " Chaussée Brunehaut" , Sud de Bellefontaine ( chemin , dit chaussée Brunehaut - et chemin dur-dur !), ; sûr au sud de Pin -Yzel , puis rue du Bois brulé , N 88 , rue d' Orval , sud Sainte Marie , et Etalle puis Sampont  , N 83 , puis , " Chaussée" , Stockem, Heiden et - Arlon...( sens Ouest-Est , tout droit, presque )..

Étonnant, le fait de la direction constante! : 63 degrés Nord-est! puis plein Est . Pourquoi les Romains, qui achetaient, par les marchands, voir la table de Peutinger , vers l'Inde et la Chine, des soieries et du coton chinois, n'auraient t-ils pas rapporté de Chine la boussole, connue depuis longtemps par les Chinois? Et, la boussole, considérée comme une « arme secrète », n'avait aucune raison d'être mentionnée quelque part.(!..) Quant à la facilité de construire la voie en Champagne Pouilleuse: facile : on met le feu dans les savarts, buissons, petits pins, et une fois le ménage fait, on trace la voie; et on met du blé et des moutons ( principalement des moutons ), ce pendant tout le Moyen Age ( maintenant, c'est le domaine du « club des 100 », club très fermé des producteurs de blé qui font « plus de 100 quintaux de blé à l'hectare ! ».)

    vicus;relevé objets Mertens et Cie;                                                                                                                                                                           williers-chameleux,plan Mertens 

 Boussole ?: à propos de boussole! pourquoi pas? Les Chinois utilisaient une cuvette en terre, bois ou cuir-osier, pleine d'eau, un bout de bois garni à une pointe,une extrémité, de magnétite(?), ce bout de bois flottant dans la dite cuvette, et indiquant une direction constante: le Nord, ; Marco Polo dixit, et "rapportat"; Pourquoi des marchands de soie, au siècle - un, n'en auraient t-ils pas rapporté? Et çà n'est pas trés encombrant? Et trés pratique. Thèse/ Antithèse.

 Les Romains avaient bien inventé la balance romaine, la statra,,outil trés pratique, utilisé jusqu'en 1980-90, détroné par les bascules électroniques, et ayant survécu jusqu'à nos jours parceque c'est en ferraille, donc peu putrescible (à l'encontre d'une boussole, bout de bois ferré dans un seau en cuir ou en bois, plein d'eau.......).

Pourquoi tant de restes de voies romaines en Ardennes et Marne? Et peu ailleurs en France? /Tout simplement à cause de la nature des terrains( ou grâce à ) de la Champagne Pouilleuse:, pardon , Crayeuse, (on dit maintenant!) pas très riches, réservés aux pâtures à moutons, donc peu de champs, pas d'eau, donc peu d'habitants, qui grattent le sol, récupèrent les pierres, les chemins....Les camps militaires de Chalons conservent presque intactes les voies vers Bar le Duc et Verdun.

 Photos plus loin :- troisième photo: la voie à Vaudéfrey, sur les zones humides de la Suippe: jetée de 8-10-12 mètres à la base, sur les marais, bande de circulation de 3-à 4 mètres de large; gué au bout, sur la Suippe, ou pont de bois ? 6eme photo: Sud- Bignicourt: la jetée court , conservée dans le champs; épaisseur de cailloux: un mètre dur-dur ( dixit agriculteur). 8 Eme photo: inscription faite avec des briques émaillées, repeintes régulièrement; locaux dixit: daterait de 14-18. 9 eme photo : la voie devient herbeuse, et va en s'incurvant avant d'arriver à Vaux-Champagne. 12 eme photo : aprés Vaux Ch , la voie coupe la route allant à Attigny et part à travers champs vers Sainte-Vaubourg et l'Aisne-Voncq..( elle figure sur Cassini )

 

 

    Voie Ferrée,Vaudétrée,la Suippe VRTR/Vaudétrée,pont(gué?)/la Suippe Aussonce,Mont de Warmeriville 151m   Sud Bignicourt:perte VRTR/qques Km  PAUVRES: Semuy-Voncq;traces du passé récent Montée sud ouest sur Vaux-Champagne

 

   Pauvres:VRTR sous ligneTHT EDF  VRTR/D985 Mazagran-Attigny,envVAUX

 

  - A propos de Chameleux, coin paisible entre tous : dans le livre tout frais sorti  - Mai 2012 - de Manuel TEJEDO CRUZ , "Barrer la route", Mai 1940 ,page 297 :"les Allemands ,à Chameleux , enterrent leurs morts en Belgique au pied du promontoire de Williers, 71eme I.D- "     ........Eglise de Sainte Vaubourg : elle est en pleine campagne, énorme , et écrase littéralement le village de Ste Vaubourg ; pourquoi une si grosse église avec un village pas grand : trés simple : elle est au bord de la voie romaine , empruntée par Charlemagne, qui avait " sa maison de week-end" ou sa datcha, ou sa résidence secondaire ( comme on veut ) , sa villa de vacances à Attigny , tout prôche ! ; tout simple! et pour aller  " en week- end" ou à la pèche dans l'Aisne , il empruntait "les autoroutes romaines" avec sa petite cour , et allait faire ses dévotions à Sainte-Vaubourg, dans sa chapelle ; élémentaire .Si ses troupes circulaient aisément , si les Barbares se déplaçaient  si vite , c'est que , tout bonnement, la qualité des tracés et de la matérialité des voies romaines , ou romanisées , le leur permettaient ; et comme Charlemagne " placeait" ses gens sur des petits domaines , indépendants, les petits seigneurs locaux - ou devenus petits seigneurs locaux- ne se sont tournés que sur eux mêmes, donc , circulant peu de fiefs en fiefs, on est entré petit à petit dans la féodalité, l'indépendance des uns par rapport aux autres ( relative! ) et les voies n'ont plus été entretenues.....Logique;( raccourci simple , et simpliste, valant ce qu'il vaut ).

  - Voie de Reims à Tréves " chez les Belges " en pays de la Gaume , belge ( la Gaume est une région historique, commune, entre une partie de la Wallonie, et de la Lorraine meusienne, une petit partie Ardennes); cette portion de voie, chemin de terre, ou en enrobé, jetée de deux mètres de haut, cinq -six mètres à la base, se trouve à l ' ouest de Bellefontaine , en montant sur Tintigny, Rossignol et la Semois, et en sortant de la vallée de la Soye ;"fait pas beau ? en Belgique? en avril 2017"....Les deux arbres immenses et droits , " non d' époque", affichent bien le gabarit parfait de la voie romaine type, destinée à faire  circuler,courir , et se croiser , deux messagers à cheval, chevaux au galop, soit deux mètres cinquante de largeur, pour ne pas se gêner; çà n ' est pas une nouveauté, la méthode venant de Perse, et de Chine; et d' Inde également.Et cette méthode a prévalu jusqu'à l ' apparition du télégraphe, début XIXeme siècle, soit 5000 ans d' utilisation; pas mal. La voie continue des deux côtés, petite route, ou chemins; à Pin, elle est en partie mangée par la voie ferrée.

    Wp 002547

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×